EZIZH

“Né de l’enfer”

Sur mobile, scrollez sur la droite pour voir le tableau en entier.

ClasseType de dégâtsFactionRôlesType d'attaqueRaretéPosition conseilléeArtefact recommandéUnion
Logo soutien - AFK ARENAForce logo - AFK ARENAFaction Hypogéens logo - AFK ARENADebuffer logo - AFK ARENARareté Elevé logo - AFK ARENAAvant logo - AFK ARENAArtefact Grâce de Dura - AFK ARENABibliothèque non union - AFK ARENA

Que signifie les logos ? Cliquez ici.

Equipement signature

“Armure de ruine”

Cette infâme armure incarne le mal qu’elle protège.

Compétence : Immolation

Les ennemis ayant moins de 30% PV sont étourdis pendant quelques instants.

[+10 Déverrouillé] Le feu d’Ezizh dure 1 seconde et augmente les dégâts de 15%.
[+20 Déverrouillé] Le feu d’Ezizh dure 1 seconde et augmente les dégâts de 20%.
[+30 Déverrouillé] Augmente la durée de l’embrasement au sol de 100%. Par contre, il n’est possible de brûler qu’un seul endroit à la fois.

Lore

Lorsque nous dormons, une connexion vitale est établie avec le royaume des rêves. C’est un endroit aussi réel que différent du monde éveillé. Les règles de cette dimension sont plus anciennes que celles qui sont à la base de ce que nous considérons comme le ” monde réel “. Elles sont plus anciennes que la logique ou la raison elle-même, et pour l’observateur de notre plan, elles semblent chaotiques. Dans ce domaine, un rêveur peut projeter le moi subconscient vers d’autres réalités. Ceux qui peuvent accomplir cela à n’importe quel effet, cependant, sont assez rares. Les royaumes de rêve sont accessibles, dans une certaine mesure, assez facilement par un mortel rêveur. Ses protections contre le contre-nature, cependant, sont incroyablement robustes. Des entités démoniaques ont tenté de franchir les frontières des Terres de la Nuit, telles qu’elles sont connues par les habitants du royaume lui-même, mais jamais en vain. Ainsi, ils ont conçu un plan.

Un groupe de puissants sorciers démoniaques ont effectué des rituels obscurs sur une graine. La graine n’avait pas les qualités requises pour déclencher les enchantements répulsifs, mais elle pouvait croître à l’intérieur du royaume pour devenir le type d’entité exact que les habitants des Terres de la Nuit voulaient empêcher d’entrer. La graine buvait les ruisseaux et les ruisseaux de peur, de jalousie, de ressentiment, de regret et de chagrin qui coulaient dans le Pays de la Nuit, à partir des rêves qu’elle faisait. Elle deviendrait un porteur de ces mêmes sentiments. Une collection tourbillonnante de peurs.

La graine germait rapidement, et peu de temps après, le jeune arbre élancé avait un tronc épais, avec des vrilles en forme de fouet qui pendaient des branches et qui produisaient des fleurs grasses et malades qui semblaient transpirer au clair de lune. Ses graines, qui semblaient briller d’une lueur violette pâle, dérivaient à travers des forêts chatoyantes de rêve, se plantant comme des tumeurs de cauchemar dans le sol. Il ne fallut pas longtemps pour les remarquer, et les habitants du royaume ne perdirent pas de temps à se regrouper et à chercher toutes les pousses des arbres malades et à les arracher par les racines. L’épicentre fut finalement atteint. L’arbre original. Il était mort, éventré presque comme s’il avait été frappé par la foudre. Ce qui avait couvé à l’intérieur avait assez grandi pour sortir.

Ezizh était déjà sage et puissant à son émergence, mais il avait beaucoup à apprendre sur cet endroit, alors il se cacha et observa. Il devint évident que le combat était pour l’instant sur le plan physique, alors il fit ce qu’il put pour influencer les choses là-bas. Les rêves des seigneurs et d’autres personnes puissantes étaient manipulés, nuit après nuit, pour les détourner de faire les choses que le démon voudrait qu’ils fassent. Après tout, un ennemi qui ne sait pas qu’il est attaqué est sans défense. Il a aussi observé de nombreux rêves pour mieux comprendre sa proie. Ils étaient motivés par des peurs et des désirs aussi mesquins et immédiats. La défaillance de leur corps. La sécurité de leurs petits. Le confort. La chaleur. La nourriture. Il commença à expérimenter, introduisant des horreurs si étrangères au rêveur dans leurs cauchemars que l’esprit pouvait être détruit par le choc de les vivre, l’ennemi neutralisé sans risquer aucun engagement.

Il concocterait chaque nuit de nouvelles horreurs à infliger aux rêveurs d’Esperia. Lorsqu’ils étaient au plus fort de leur puissance, ils pouvaient laisser le rêveur en permanence sans communication, fou furieux ou comateux. Un soir, il aperçut un dormeur qu’il fut surpris de voir. La nuit précédente, il avait été sûr d’avoir brisé l’esprit de l’homme au-delà de la capacité de rêver davantage, et pourtant, ici, il ne rêvait pas seulement, mais semblait plutôt satisfait. Il semblait être dans une sorte d’habitation faite d’arbres abattus. Un feu brûlait dans un foyer, et il était couché aux pieds de l’homme sur un tapis de laine, une sorte de mammifère endormi. Dégoûtant. Les rêves de ces mortels étaient si banals. Si indignes. Dans le rêve de l’homme, l’animal endormi hurlait debout, se transformant en une monstruosité esclavagiste avec un souffle comme de la chair en décomposition. Un regard d’effroi traversa le visage de l’homme et le rêveur gémit dans son lit. Puis, un éclair de blanc. Tout devait revenir à l’état dans lequel il était. La chaleur. Le confort. L’animal qui dort.

Une lueur de mouvement trahissait la source du changement. Un aperçu d’ailes bleues s’envolant à travers les arbres. Il semblait qu’Ezizh devait se concentrer sur le royaume qu’il habitait réellement. Il n’y avait pas de place pour l’opposition. La chasse avait commencé.

“Je suis ton pire cauchemar”.

Laisser un commentaire