SHEMIRA

Faiseuse de cadavres

Sur mobile, scrollez sur la droite pour voir le tableau en entier.

ClasseType de dégâtsFactionRôlesType d'attaqueRaretéPosition conseilléeArtefact recommandéUnion
Logo Mage - AFK ARENAIntelligence logo - AFK ARENAFaction Morts-Vivants logo - AFK ARENAEffet de zone logo - AFK ARENADistance logo - AFK ARENARareté Elevé logo - AFK ARENAAvant logo - AFK ARENAArtefact Appel de Dura - AFK ARENABibliothèque non union - AFK ARENA

Que signifie les logos ? Cliquez ici.

Equipement signature

“Orbe spirituel”

Cette orbe maudite contient un esprit emprisonné, qui terrifie tous ceux qui osent le regarder.

Compétence : Torture tordue

La compétence “Esprits torturés” inflige 12% de dégâts supplémentaires pour 1 ennemi sur le champ de bataille, 6% pour 2 ennemis sur le champ de bataille et 3% de dégâts pour 3 ennemis sur le champ de bataille.

[+10 Déverrouillé] La compétence “Esprits torturés” inflige 24% de dégâts supplémentaires pour 1 ennemi sur le champ de bataille, 12% pour 2 ennemis sur le champ de bataille et 6% de dégâts pour 3 ennemis sur le champ de bataille.
[+20 Déverrouillé] La compétence “Esprits torturés” inflige 36% de dégâts supplémentaires pour 1 ennemi sur le champ de bataille, 18% pour 2 ennemis sur le champ de bataille et 9% de dégâts pour 3 ennemis sur le champ de bataille.
[+30 Déverrouillé] La compétence “Esprits torturés” inflige 48% de dégâts supplémentaires pour 1 ennemi sur le champ de bataille, 24% pour 2 ennemis sur le champ de bataille et 12% de dégâts pour 3 ennemis sur le champ de bataille.

Lore

Une âme engluée dans la peine, que plus rien ne retenait en ce monde. Voici ce qu’était devenue Shemira les derniers mois de sa vie. Son mari avait été un célèbre médecin, mais l’ adoration et le respect qu’elle lui vouait avaient disparu lorsqu’elle avait entendu les actes ignobles dont il était accusé. Son amour avait tourné comme du petit lait, à tel point que le jour de l’exécution, elle ressentit plus de colère que de tristesse. Niru l’avait laissée s’occuper seule de leur fils, dans un monde qui s’occupait si mal des siens.

Il ne fallut pas très longtemps après la mort de Niru pour que la fièvre ne s’empare de son enfant, Daimon. Si Niru avait été là, il aurait pu soigner son fils. Shemira fit tout ce qui était en son pouvoir, s’adressant aux meilleurs médecins d’Esperia et veillant Daimon avec d’ incessantes prières. Ses efforts ne suffirent pas. Après les funérailles de son enfant, elle eut l’ impression que plus rien ne la retenait dans ce monde. Elle n’avait plus de raison de traverser les journées comme elle l’avait fait auparavant. Elle se mit à passer presque tout son temps près de la petite tombe, emplissant parfois le cimetière d’un sinistre gémissement, contemplant parfois la pierre tombale durant des heures, comme en transe. Elle oublia de s’ alimenter, son visage se creusa et son expression se vida.

Un jour, tandis qu’elle était assise près de la tombe, à regarder les derniers rayons du soleil embrasser le nom de son fils gravé sur la pierre, elle entendit murmurer son nom. Elle ne parvint pas à localiser précisément la source des mots, mais elle se trouvait juste à côté d’ elle. Interdite, elle avait reconnu la voix de son défunt mari. Il y avait tant à dire, elle avait tant de questions. Par Où commencer ? En un long soupir, elle choisit l’unique question vraiment importante : « Que fais-tu ici ? ». La réponse lui tordit le visage et des larmes glissèrent le long des joues. Comment Daimon pouvait-il encore être sauvé ? Une lueur d’espoir inattendue venait d’être placée devant elle. L’idée qu’elle pourrait lui être retirée la terrifiait plus que tout. Elle ne voulait pas écouter son mari, mais elle ne pouvait pas s’en empêcher. S’il y avait une possibilité, même infime, elle devait être assez forte pour essayer. « Prouve-le-moi. », finit-elle par articuler, les dents serrées.

Le sol devant elle se mit à gonfler. Elle sentait de minuscules vibrations sous ses pieds, comme si quelque chose fouillait dans la terre. Ce fut d’abord une main qui sortit du sol, puis un visage blanc, puis d’autres parties d’un corps, jusqu’à ce que son fils, ou quelque chose qui lui ressemblait, se tienne devant elle. Elle lutta pour ne pas hurler ni s’évanouir. Un mélange d’horreur, d’effroi et de soulagement l’assaillait, menaçant de la rendre folle. Mais elle savait ce que cela représentait : une direction, un but. Elle ne laisserait plus jamais la maladie s’emparer de son garçon. Elle dit sa décision à Niru, qui lui expliqua que la seule manière d’être vraiment réunie à Daimon était de traverser le voile de la mort et de les rejoindre de l’autre côté.

Elle n’hésita pas. Elle dit quelques mots à son ancien mari, puis elle ressentit un froid acéré parcourir sa poitrine et ses membres. Elle sombra dans ce qui ressemblait à un profond sommeil, heureuse de la présence rassurante de ceux qui comptaient le plus pour elle. À son réveil, elle avait retrouvé une sorte de quiétude qu’elle pensait perdue à jamais.

« Si vous n’êtes pas prêt à mourir pour une cause, ne prétendez pas vous y intéresser. »

Laisser un commentaire