ESTRILDA

Chevalier de vaillance

Sur mobile, scrollez sur la droite pour voir le tableau en entier.

ClasseType de dégâtsFactionRôlesType d'attaqueRaretéPosition conseilléeArtefact recommandéUnion
Logo Guerrier - AFK ARENAForce logo - AFK ARENAFaction Porteurs de lumière logo - AFK ARENADégâts de burst logo - AFK ARENAMêlée logo - AFK ARENARareté Elevé logo - AFK ARENAAvant logo - AFK ARENAArtefact - Grâce de Dura - AFK ARENABibliothèque union - AFK ARENA

Que signifie les logos ? Cliquez ici.

Equipement signature

“Bannière de Rayne”

Estrilda - Equipement signature - AFK ARENA

Bannière portant l’emblème de la maison Rayne. C’est un symbole de l’esprit indomptable de ses membres.

Compétence : Inspiration

Augmente le taux d’attaque de tous les alliés de 5% et le taux de défense de 10% pour chaque enemi non invoqué qui meurt au combat pendant qu’Estrilda est vivante, jusqu’à la fin du combat. Cette compétence peut-être cumulée jusqu’à 3 fois.

[+10 Déverrouillé] Augmente le taux d’attaque de 7,5% et le taux de défense de 15% chaque fois que la compétence est utilisée.
[+20 Déverrouillé] Augmente le taux d’attaque de 10% et le taux de défense de 20% chaque fois que la compétence est utilisée.
[+30 Déverrouillé] Restaure 80 d’énergie à tous les alliés quand la compétence est utilisée.

Lore

La maison Rayne est une famille noble au passé glorieux. A chaque génération, elle a donné certain des plus grands généraux et officiers que le royaume ait connus. De nombreuses victoires d’Esperia n’auraient pas eu lieu si l’armée n’avait pas été commandée par un membre de cette illustre maison. L’un mena une charge enlevée, l’autre foudroya un commandant ennemi et un autre encore s’assura simplement de la bonne exécution de ses ordres. Ces contributions sont si importantes que l’histoire du royaume est intrinsèquement liée à celle de la famille, inespérable de son identité. Estrilda, l’une des filles de la maison Rayne, eut une enfance paisible, typique d’une dame de haute naissance. Elle reçut un enseignement de grande qualité tourné vers les humanités, pendant que ses frères s’entraînaient dans la cour des armes mouchetées, bruyamment encouragés par leurs oncles et leurs rires sonores.

Puis un jour pendant sa dixième année, elle vit les hommes et les jouvenceaux de la maison Rayne seller leurs chevaux et préparer leur équipement, aboyant des instructions rapides aux hommes d’armes qui se pressaient dans la cour. Ils partaient pour une escarmouche quelconque, comme presque à chaque saison. Mais cette fois-ci, les frères d’Estrilda étaient de la partie. Ils étaient assez grands pour voir couler le sang. Leurs oncles ne voulaient pas qu’ils se ramollissent. Estrilda observa la colonne qui se formait pour partir au combat. Elle ne savait pas vraiment où, car elle quittait rarement le château. Cela devait être une patrouille de routine. Parfois, une chasse ou une escarmouche faisait une victime. Sa veuve recevait une compensation quand les soldats rentraient au château.

Après des semaines sans nouvelles, Estrilda était morte d’inquiétude. Deux années plus tôt, elle avait perdu son père à la guerre. Et voila que ses oncles et ses frères ne rentraient pas. Par un triste matin gris, quelques hommes terrifiés et affamés arrivèrent au château avec la funeste nouvelle. A la suite d’une erreur d’appréciation, la patrouille avait été coupée de ses alliés. Une tribu pugilisite qui avait maille à partir avec la maison Rayne en profita pour l’attaquer. Tous les hommes de cette noble famille, du plus jeune au plus âgé, périrent dans l’embuscade. Il n’y avait plus d’héritier dans la grande salle. En dépit de la richesse et de sa réputation, la maison commençait déjà à s’affaiblir.

Estrilda entreprit immédiatement de rétablir la place de sa famille dans le royaume. Prenant à peine le temps de faire le deuil de ceux qu’elle venait de perdre, elle troqua ses pinceaux et ses poèmes contre une épée. Prenant le châtelain pour tuteur, elle se mit à étudier la tactique, la stratégie et tous les arts de la guerre, de l’équitation jusqu’au combat au couteau. Même si le royaume n’avait jusqu’alors jamais connu de femme général, elle savait que si elle prouvait sa valeur, le peuple la suivrait. L’occasion de se distinguer se présenta bientôt.

Alors qu’elle venait d’avoir seize ans, le roi organisa un grand tournois pour honorer l’anniversaire de la fondation du royaume. Estrilda y participa incognito, déguisée en jeune paysan. Ses exploits en archerie, en duel et même lors d’une terrifiante mêlée lui valurent de gravir tous les échelons du tournois. Ses fougueux adversaires, impatients de prouver leur valeur, tombaient sous ses coups les uns après les autres. Pendant tout le tournois, elle avait porté un vieux demi-casque rouillé, caché ses cheveux et maquillé son visage. Quand le roi lui remit son titre de champion, elle le regarda droit dans les yeux, nullement impressionnée. Elle retira son casque, de sorte que ses longues boucles blondes tombent sur ses épaules.

Le roi lui rendit son regard. Il n’y vit nulle fierté ni arrogance. Estrilda était l’incarnation du courage et de la résolution, alliés à une compétence froide et solide. Le souverain demanda doucement : “Alors tu veux être un chevalier, jeune fille ? C’est bien la vie que tu souhaites ? ” L’expression d’Estrilda resta impavide. “Oui, sire.” Le roi acquiesça et regarda son conseiller, qui haussa les épaules. “Qu’il en soit ainsi. Donner à cette jeune femme une armure et une épée dignes de ce nom.” Estrilda jeta son vieux demi-casque sur le sol meurtri. “Merci, votre majesté, mais je m’équiperai moi-même. Je suis une Rayne.”

Il ne fallut pas longtemps à Estrilda le chevalier pour devenir le général Rayne et continuer à défendre l’honneur de sa famille.

“Un coeur vaillant ne laisse point de la place à la peur.”

Laisser un commentaire