SAVEAS

Cœur vaillant”

Sur mobile, scrollez sur la droite pour voir le tableau en entier.

Type de dégâtsFactionRôlesType d'attaqueRaretéPosition conseilléeArtefact recommandéUnion
Agilité logo - AFK ARENAFaction Pugilistes logo - AFK ARENADégâts continue logo - AFK ARENADistance logo - AFK ARENARareté Légendaire logo - AFK ARENAAvant/Arrière logo - AFK ARENAArtefact - Oeil de Dura - AFK ARENABibliothèque union - AFK ARENA

Que signifie les logos ? Cliquez ici.

Lore

Pour un chasseur aussi compétitif et hargneux que Saveas, peu de choses sont plus difficiles que de vivre dans l’ombre d’un grand frère. Il considérait que son aîné ne le surpassait que sur un point : les années d’expérience sur le champ de bataille ; cet avantage obtenu par le hasard d’une naissance disparaîtrait avec le temps. Cependant, le temps n’avait jamais été l’ami de Saveas. Impatient, impulsif et énergique, il ne pouvait pas attendre que les choses suivent leur cours. Il oubliait que les plus grands chasseurs se distinguaient par leurs réserves de patience et de compréhension… à moins qu’il n’ait simplement choisi de l’ignorer ? Pour lui, il ne faisait aucun doute qu’il était le meilleur, et il lui suffirait de le prouver par un exploit.

Afin de régler ce différend une bonne fois pour toutes, il s’imposa une épreuve bien au-delà de ses compétences. Tandis qu’il poursuivait un Serregriffe à travers d’épais sous-bois, il se perdit. Ces animaux étaient connus pour être aussi rusés que dangereux, et il avait disparu. Il continua de le pister, suivant les traces au sol et les buissons cassés. Au bout d’un moment, il était en train de patauger dans un marécage, épuisé et loin de son élément. À chaque pas, ses jambes étaient aspirées jusqu’aux genoux dans une immonde boue noire. une odeur âcre lui prenait les narines et lui mettait les larmes aux yeux, tandis que des nuées de mouches bourdonnaient autour de lui, gênant sa vision et se délectant de la sueur qui inondait ses épaules.

Saveas s’arrêta. Il avait presque complètement oublié le Serregriffe. D’une main lasse, il écarta le nuage d’insectes devant ses yeux et regarda autour de lui, cherchant un moyen de se sortir de l’étreinte du marécage. Invisible, la bête le regardait. Le chasseur était devenu la proie, et le monstre sentit que le moment était venu de frapper. Il sortit du dense sous-bois, la tête et les épaules près du sol, sans chercher à se cacher. Il savait quand une proie pouvait se montrer combative ; là, ça ne serait pas le cas.

Pris au piège, le chasseur leva sa lance mollement en direction de la bête, essayant d’ en garder le fer entre lui et l’agresseur. Il savait que c’était une question de vie et de mort, mais il était épuisé. L’animal se faufila vers lui, évitant la pointe de métal d’un mouvement fluide que Saveas ne parvint pas à suivre. Le pugiliste reçut un coup de patte. Dès qu’ils le peuvent, les Serregriffes aiment jouer avec leur proie. Plusieurs lignes rouges s’ouvrirent sur l’épaule du chasseur, exposant les tissus musculaires déchirés. Saveas fut traversé par un soubresaut de conscience. Il se sentit soudain dans le même état que quelques heures auparavant, au début de la chasse : plein d’ énergie et assoiffé de sang. L’animal se contracta, sentant le changement d’attitude de son futur repas. Avant même de comprendre ce qu’il faisait, Saveas retourna le fer de sa lance contre sa poitrine pour y tracer une ligne sanglante. Le liquide vermeil coula le long de ses côtes, tandis que sa respiration se faisait plus lourde. Jamais il ne s’était senti aussi vivant, ni aussi attentif. Il propulsa sa lance en un éclair. Elle traversa la gorge du monstre, ressortant à l’ arrière de son cou en une giclée sanglante. Le Serregriffe émit un cri perçant et mouillé, avant de s’effondrer dans le marécage.

Depuis ce jour, avant chaque combat, Saveas lacère les parties de son corps qui sont encore intactes. Ses membres et son torse sont un embrouillamini de cicatrices, témoins des blessures qu’il s’est lui-même infligées. La plupart de ses frères d’armes considèrent cette habitude avec répulsion ou avec perplexité. Il n’ a jamais partagé son secret : maintenant qu’il a la reconnaissance dont il rêvait, il ne va pas la laisser à d’autres. Il sème la terreur sur n’importe quel champ de bataille, sanguinolent avant même le premier coup d’épée et se déplaçant à une vitesse stupéfiante. Les cadavres ennemis s’empilent toujours plus nombreux à ses pieds, avec chaque nouvelle marque qu’il s’inflige.

« Chasser ou être chassé.

Laisser un commentaire