ROSALINE

La bienveillante

Sur mobile, scrollez sur la droite pour voir le tableau en entier.

ClasseType de dégâtsFactionRôlesType d'attaqueRaretéPosition conseilléeArtefact recommandéUnion
Logo soutien - AFK ARENAIntelligence logo - AFK ARENAFaction Porteurs de lumière logo - AFK ARENABuffer logo - AFK ARENADistance logo - AFK ARENARareté Elevé logo - AFK ARENAArrière logo - AFK ARENAArtefact - Oeil de Dura - AFK ARENABibliothèque non union - AFK ARENA

Que signifie les logos ? Cliquez ici.

Equipement signature

“Balai de la vie”

Un balai extraordinaire qui agit de son propre gré, auquel Rosaline a donné la vie.

Compétence : Servitude

Rosaline augmente les taux d’attaque de défense de l’allié qu’elle suit actuellement à hauteur de 8% de ses propres taux.

[+10 Déverrouillé] Les taux d’attaque et de défense augmentent de 16% des propres valeurs de taux de Rosaline.
[+20 Déverrouillé] Les taux d’attaque et de défense augmentent de 30% des propres valeurs de taux de Rosaline.
[+30 Déverrouillé] Augmente le taux de critiques et l’esquive de l’allié à hauteur de 25% des propres valeurs de Rosaline.

Lore

Fille d’un maire de la principale plaque tournante du royaume, Rosaline a connu des débuts insouciants et confortables. Entourée d’une famille et d’amis aimants dans un pays paisible, elle a passé les huit premières années de sa vie plus heureuse et plus satisfaite qu’elle ne le serait pendant longtemps par la suite. La ville où Rosaline habitait était prospère et ne manquait jamais de l’essentiel. Les surplus de nourriture et d’autres provisions étaient conservés tout au long de l’année. Ainsi, lorsqu’un groupe de réfugiés affamés fuyant les pénuries alimentaires arrivait du nord un hiver, le père de Rosaline n’hésitait pas à les accueillir.

Au début, tout s’est bien passé. Les nouveaux arrivants n’étaient pas trop nombreux et ils ont accepté avec gratitude l’aide qui leur a été apportée, faisant ce qu’ils pouvaient ici et là en échange de leurs gracieux hôtes. Mais il y avait quelque chose qui n’allait pas. Quelques-uns des nouveaux arrivants étaient discrets et agissaient de manière suspecte, disparaissant à des heures bizarres ou se présentant dans des endroits bizarres. Malgré cela, les habitants de la ville ont écarté cette possibilité, préférant se concentrer sur le positif tout en supprimant leurs soucis. Pendant quelques semaines, la vie s’est déroulée comme d’habitude, mais avec un peu plus d’excitation.

C’est lorsqu’un deuxième groupe a appelé aux portes de la ville que les pires craintes de la ville se sont réalisées. Un détachement d’inquisiteurs du Temple de la Lumière avait suivi les réfugiés jusqu’à cet endroit. L’inquisiteur en chef a informé le maire que parmi les réfugiés se trouvait un culte des adhérents aux forces obscures. Les portes furent ouvertes, et l’inquisition se mit au travail. Les agents du Temple sont aussi impitoyables qu’ils ont une aversion pour le risque. La plupart des inquisiteurs préféreraient exécuter cinq innocents plutôt que de laisser s’échapper un des coupables. Les inquisiteurs ont trouvé plusieurs des réfugiés et des habitants coupables, et les inquisiteurs n’ont jamais prononcé qu’une seule sentence.

Les biens des condamnés ont été confisqués, leurs propriétés ont été rasées et les condamnés eux-mêmes exécutés. Un soupçon de suspicion suffit souvent pour envoyer quelqu’un au fil de l’épée, si bien qu’après que les adeptes du culte et ceux qui les avaient hébergés aient été mis à mort, il n’y avait plus qu’un seul verdict final à rendre. Le maire avait d’abord autorisé les réfugiés à entrer dans la ville. S’il les avait refoulés, le froid et la faim les auraient accueillis et toute la situation aurait pu être évitée. Le maire serait également condamné. Sa femme, bien sûr, était également complice de l’un de ses crimes. Il ne fallait pas la laisser partir.

Ainsi, Rosaline et son frère sont devenus orphelins. Le Temple les a pris comme serviteurs. Ils allaient servir la Lumière pour réparer les péchés de leurs parents. Les deux frères et soeurs qui avaient été si proches furent séparés et envoyés dans des monastères différents. C’est là que Rosaline apprit à servir, se réveillant bien avant le lever du soleil pour faire du pain, nettoyant après les repas, époussetant, frottant, pelletant la cendre, il y avait mille tâches à accomplir quotidiennement Elle perdit la notion du temps et finalement, de qui elle était. La vie n’était qu’une série répétitive de tâches silencieuses sans variation ni récompense. Rosaline a commencé à projeter ses sentiments et ses pensées sur des objets inanimés. Celles-ci remplacent ce qui serait des interactions normales avec d’autres personnes, et une nuit, alors qu’elle chuchote à sa brosse à récurer, elle n’est pas surprise de voir celle-ci réagir par des mouvements, presque comme un petit chien de compagnie.

Peu de temps après avoir découvert cette capacité et avant de la comprendre pleinement, elle a été emmenée hors du monastère par une dame de haut rang qui avait entendu son histoire et était déterminée à l’éloigner des tueurs de ses parents. La dame a pris Rosaline comme domestique dans son manoir, et a même aidé à trouver le frère de Rosaline. Rosaline est devenue une partie du manoir et a été chaleureusement traitée par la maîtresse de maison, mais elle est restée silencieuse et s’est retirée. Il semblait que le mal était déjà fait. Il semble que Rosaline parlait plus à la vaisselle qu’aux autres personnes et, après plusieurs mois, la dame découvrit pourquoi. Un matin, elle se leva tôt et se dirigea vers les cuisines. Il serait plus facile de faire le thé elle-même que de réveiller les femmes de chambre. En franchissant la porte, elle vit Rosaline parler joyeusement à un arrangement de couteaux, fourchettes et tasses à thé qui rebondissaient et roulaient autour de la table. Elle sursauta, surprenant Rosaline, et les objets tombèrent sur le plateau de la table. La jeune fille craignait d’être renvoyée au temple, mais après avoir parlé avec elle, la dame a pu relier les points.

Étant bien éduquée et ayant beaucoup voyagé, elle se souvient d’une longue conversation avec un mage de Wilder sur la nature des différentes magies. Il lui avait parlé de la Spiritualité, une magie qui permet d’évoquer l’esprit inné qui existe dans tous les objets, vivants ou inanimés. Cette capacité était extrêmement rare chez les humains, mais elle s’était manifestée de temps en temps. En expliquant cela à Rosaline, les craintes de la jeune fille se sont apaisées et elle a ressenti une gratitude qu’elle ne pouvait plus exprimer par des mots. Il y avait longtemps qu’elle n’avait pas été à la fois la bienvenue et comprise.

“Je suis là pour aider.”

Laisser un commentaire