ODEN

Fléau de rancœur”

Sur mobile, scrollez sur la droite pour voir le tableau en entier.

ClasseType de dégâtsFactionRôlesType d'attaqueRaretéPosition conseilléeArtefact recommandéUnion
Logo Mage - AFK ARENAIntelligence logo - AFK ARENAFaction Morts-Vivants logo - AFK ARENAEffet de zone logo - AFK ARENADistance logo - AFK ARENARareté Elevé logo - AFK ARENAArrière logo - AFK ARENAArtefact Appel de Dura - AFK ARENABibliothèque non union - AFK ARENA

Que signifie les logos ? Cliquez ici.

Equipement signature

“Scrutateur du néant”

Cet objet est une clé vers le néant. Il peut ouvrir des portes vers des plans d’existence sombres et inconnus.

Compétence : Furie vengeresse

Chaque fois qu’un ennemi utilise son ultime contre Oden, ce dernier réplique avec sa compétence “Foudre du néant”. Les dégâts infligés correspondent à 60% des dégâts infligés par la compétence “Foudre du néant” lorsqu’elle est utilisée normalement.

[+10 Déverrouillé] Les dégâts infligés correspondent à 90% des dégâts originels de la compétence “Foudre du néant”.
[+20 Déverrouillé] Oden réplique avec sa compétence “Foudre du néant”, même s’il est tué par l’ultime de son ennemi.
[+30 Déverrouillé] Les dégâts infligés correspondent à 120% des dégâts originels de la compétence “Foudre du néant”.

Lore

Parmi les mortels qui franchissent les limites du Royaume de Bantus, ceux qui reviennent sont peu nombreux. Pour les habitants d’Esperia, le nom de ce sombre pays est synonyme d’effroi et de mystère ; seuls les aventuriers les plus téméraires s’y risquent. Ce que Bantus est aux vivants, le Néant sépulcral l’est aux esprits errants perdus dans les sinistres étendues du vieux royaume. C’est un lieu qui effraie même les morts. Autrefois, Oden était l’un des plus grands mages du Temple de la lumière. Tous admiraient son génie ; il était un modèle pour ses pairs de l’ordre. Ce fut donc avec horreur que l’on découvrit qu’il s’était secrètement plongé dans l’étude de la nécromancie, une discipline proscrite. Il eut beau se défendre énergiquement, affirmant qu’un véritable mage devait avoir une connaissance intime de tous les aspects de son art, ses transgressions n’appelaient qu’ une seule sentence. Sous un soleil de plomb dans l’éclat souverain de la lumière du jour, la lame du bourreau trancha le fil de la vie d’Oden. Les mages du Temple avaient omis d’empêcher son esprit de rejoindre un dispositif impie, concentrant de sombres énergies. Au moment de son exécution, Oden connaissait suffisamment la nécromancie pour s’assurer que sa vie continuerait après sa décapitation. Il avait dissimulé son appareil hors de portée du Temple, dans un lieu secret près du Néant sépulcral, sous les ruines de l’ancienne Académie de la nuit. La nouvelle de son exécution atteignit rapidement Bantus, et un groupe de zélotes qui voulait reconstruire l’Académie fut envoyé récupérer son corps.

Après l’avoir rapporté dans leur royaume, ils effectuèrent des rituels de résurrection, pour que le mage rejoigne les rangs des morts-vivants. Cela sembla d’abord échouer Le corps d’Oden avait changé : il était lent et à peine conscient. Il se leva en titubant, et les disciples le suivirent, espérant découvrir ce qu’il cherchait. Il les emmena jusqu’à un étrange appareil, qu’ils identifièrent comme un réceptacle d’âmes. Devant leurs yeux incrédules, le corps posa le dispositif sur son cou tranché, et une lueur de vie apparut dans les yeux gravés sur la machine. Oden avait retrouvé son intégrité physique ; leur destin était scellé. Les novices avaient maladroitement ranimé la dépouille d’Oden, mais la conscience qui avait retrouvé une incarnation pour accomplir sa volonté était entière. Délivré de toute allégeance, le monstre massacra les initiés, capturant leurs âmes dans l’ instant où ses terribles sorts consumaient leurs corps. Les âmes furent traînées dans le Néant sépulcral, puis envoyées, encore hurlantes, dans le vide éternel. Aujourd’hui, dans les grandes salles de l’Académie de la nuit reconstruite, on murmure qu’Oden, le Gardien du néant, arpente toujours l’ immense réseau de catacombes des sous-sols, en quête d’âmes pour assouvir l’appétit de son unique maître.

« La faim le taraude. Je le rassasie. »

Laisser un commentaire