BRUTUS

Griffe de sang

Sur mobile, scrollez sur la droite pour voir le tableau en entier.

ClasseType de dégâtsFactionRôlesType d'attaqueRaretéPosition conseilléeArtefact recommandéUnion
Logo Tank - AFK ARENAForce logo - AFK ARENAFaction Pugilistes logo - AFK ARENATank logo - AFK ARENAMêlée logo - AFK ARENARareté Elevé logo - AFK ARENAAvant logo - AFK ARENAArtefact - Oeil de Dura - AFK ARENABibliothèque union - AFK ARENA

Que signifie les logos ? Cliquez ici.

Equipement signature

“Affaiblisseur”

Cette arme est nommée ainsi car toute autre arme est faible, contre elle.

Compétence : Regain

Restaure 15% des PV max de Brutus après l’utilisation de la compétence “Dernier souffle”.

[+10 Déverrouillé] 30% des PV max sont rétablis.
[+20 Déverrouillé] La durée de “Dernier souffle” est prolongée de 1 seconde.
[+30 Déverrouillé] Une fois les effets de la compétence “Dernier souffle” terminés, Brutus reçoit un bouclier supplémentaire qui atténue les dégâts ; sa valeur correspond à 50% de ses PV max et il dure pendant 5 secondes.

Lore

Brutus est un guerrier fier et solitaire, qui incarne si bien la violence martiale que beaucoup de pugilistes le vénèrent comme une manifestation de la guerre elle-même. Il suit la voie du guerrier et n’implore pas davantage la pitié qu’il ne l’accorde. Pour lui, le seul crime dans une bataille, c’est de perdre. Son agressivité est surnaturelle. Pendant un combat, il n’a jamais un instant d’hésitation. Ses attaques sont un tourbillon, qui abat ses ennemis impuissants comme des fétus de paille. Il ne doute jamais, lorsqu’il fait face à un ennemi la lame à la main. Sa voie et son objectif sont clairs.

Brutus le plus fort son peuple, et il s’est couvert de gloire un nombre incalculable de fois. Autrefois, il se dressait au-dessus d’un adversaire qu’il venait de terrasser, puis il hurlait sa victoire en direction du ciel en brandissant un trophée sanguinolent. Mais petit à petit, ce sentiment de triomphe s’amenuisa. Il y eut même une période pendant laquelle Brutus considérait tous ses combats comme gagnés d’avance. Il croisait le fer avec un adversaire pendant un instant, avant de l’abattre et de l’oublier aussitôt. Il était tout simplement devenu trop puissant. Or, à vaincre sans péril, il n’est point de gloire. Et sans gloire, son ardeur à se battre disparut.

Lors d’une campagne contre le royaume des hommes, Brutus finit par trouver ce qu’il cherchait. Un adversaire à sa mesure. Un combat à sa hauteur. un défi digne de lui, enfin. L’ennemi n’était pas très loin, au beau milieu du chaos. Partout où il allait, les pugilistes s’écroulaient. Son armure rayée et maculée de sang scintillait. C’était un humain de taille imposante, et pourtant gracieux. Il allait d’ennemi en ennemi avec fluidité, un peu comme s’il dansait. Ses attaques étaient à la fois précises et fatales. Sa lame disparaissait puis réapparaissait plantée dans le corps d’un ennemi, parait une attaque l’instant d’après, avant de décrire un arc mortel apparemment sans effort.

Brutus admira la scène quelques instants, sa propre lame couverte de sang frais. Il souriait. Il souleva son énorme épée et se mit à marcher d’un pas décidé vers le champion ennemi, fauchant négligemment ceux qui se mettaient en travers de son passage, sans quitter sa cible
des yeux. Lorsqu’il fut assez près, il donna un formidable coup de rapière. L’homme l’esquiva juste à temps tout en lui décochant un coup d’ estoc, que Brutus para à une vitesse fulgurante. Ils reculèrent en même temps, chacun confirmant ainsi qu’il avait trouvé son égal. Il ne leur fallut qu’un instant pour se jauger, puis Brutus chargea à nouveau vers le chevalier. Ils déployèrent tout leur art. Tous deux savaient qu’une erreur signifiait la mort. Et ni l’un ni l’autre n’avaient l’intention de connaître cette fin. Dans l’immense mêlée, un cercle se forma autour d’ eux. Les soldats des deux côtés évitaient la danse mortelle des deux héros. Ils n’avaient pas un instant pour planifier ni pour réfléchir. Ils combattaient avec tout leur courage, leur savoir et leur instinct. Plus rien n’existait autour d’eux. Le combat se poursuivit jusqu’à ce que le beuglement d’une corne se fasse entendre au-dessus du champ de bataille. Les porteurs de lumière sonnaient la retraite. D’un petit coup final qui semblait presque une formalité, le chevalier se désengagea.

« Humain ! Tu es puissant. Tu mérites de trouver la mort sous ma lame. » hurla Brutus, ponctuant sa saillie d’un coup de menton cordial vers le chevalier couvert de poussière. « Nous nous reverrons, et ce sera la dernière fois. » Un adversaire forçait enfin le respect de Brutus. Il sourit et tourna les talons. Il tenait là quelque chose qui le ferait vibrer.

« Un vrai guerrier ne craint aucun défi. »

Laisser un commentaire