FERAEL

Murmureur de mort

Sur mobile, scrollez sur la droite pour voir le tableau en entier.

ClasseType de dégâtsFactionRôlesType d'attaqueRaretéPosition conseilléeArtefact recommandéUnion
Logo Rodeur - AFK ARENAAgilité logo - AFK ARENAFaction Morts-Vivants logo - AFK ARENADégâts continue logo - AFK ARENADistance logo - AFK ARENARareté Elevé logo - AFK ARENAArrière logo - AFK ARENAArtefact - Oeil de Dura - AFK ARENABibliothèque non union - AFK ARENA

Que signifie les logos ? Cliquez ici.

Equipement signature

“Arc affamé”

Un arc habité par un esprit avare, tenaillé par une faim éternelle.

Compétence : Esprit anxieux

En cas de coup critique porté avec une attaque normale, un esprit malin vient hanter la cible ennemie.

[+10 Déverrouillé] Les taux d’attaque de tous les ennemis sont réduits de 1,5% et la vitesse de récupération de PV est réduite de 10% pour chaque esprit qui hante un ennemi sur le champ de bataille. Cette compétence peut être cumulée jusqu’à 5 fois.
[+20 Déverrouillé] Les taux d’attaque de tous les ennemis sont réduits de 3% et la vitesse de récupération de PV est réduite de 10% pour chaque esprit qui hante un ennemi sur le champ de bataille. Cette compétence peut être cumulée jusqu’à 5 fois.
[+30 Déverrouillé] Les taux d’attaque de tous les ennemis sont réduits de 3% et la vitesse de récupération de PV est réduite de 10% pour chaque esprit qui hante un ennemi sur le champ de bataille. Cette compétence peut être cumulée jusqu’à 8 fois.

Lore

Depuis son adolescence, Ferael était un objet de convoitise. Il était bien connu de tous les habitants des villages et des villes qui entouraient l’humble chalet familial dans les bois, soit pour son habileté exceptionnelle à l’arc, soit pour son apparence étonnamment belle.

Lorsqu’il entra dans sa quinzième année, seuls les archers les plus expérimentés pouvaient rivaliser avec lui dans les tournois, et la saison suivante, il était inégalé. La renommée qui s’ensuivit lui valut l’attention des nobles locaux. Leurs épouses et leurs filles le remarquent également. Bien que de nombreuses femmes, de la paysannerie à la noblesse la plus riche, lui accordaient leur attention, il ne se faisait pratiquement pas remarquer. Ferael était d’un esprit intensément singulier. Il vivait pour la tension d’un arc courbé et le battement d’une corde, pour le battement d’une flèche et le bruit sourd d’une flèche qui frappait sa cible. Plusieurs seigneurs lui ont fait des offres successives pour qu’il serve comme archer dans leurs armées, mais ils l’ont également ignoré. Il s’engagea sous les ordres du noble qui lui offrit ce qu’il désirait vraiment : la possibilité d’affronter un adversaire aussi souvent que possible. Les cibles fixes de paille et de tissu n’offraient plus aucune sorte de défi.

Dès le début, il terrorisa l’ennemi. Alors que la plupart des flèches tombaient au hasard d’en haut, Ferael plaçait les siennes avec rapidité et précision. Elles transperçaient les cœurs et les gorges sans faute. Quand la bataille était engagée, il traquait la mêlée environnante, gardant toujours un peu de distance avec l’ennemi le plus proche, s’accroupissant et se penchant pour obtenir un bon angle avant de perdre un autre manche à courte portée, transperçant casques et plastrons avec de lourdes pointes de flèches carrées.

Il aurait été sage de rester plus loin de la mêlée, mais son désir de relever et de surmonter de nouveaux défis l’emportait sur son sens de la préservation de soi. Au cours d’une de ces mêlées, il a été touché par un club de Mauler. Il a survécu à la bataille, probablement en étant pris pour un cadavre pendant le reste du combat, mais il est resté dans le coma pendant plusieurs jours. Comme son camp n’est pas sorti victorieux ce jour-là, il a été laissé sur le terrain parmi les morts, à la merci des éléments.

Quand il s’est réveillé, il était dans un endroit étrange. Il est évident qu’à un moment donné, le donjon d’un seigneur était devenu nature il y a longtemps. Des racines jaillissaient d’entre les vieilles pierres, soutenant les petits arbres qui poussaient directement sur les murs extérieurs, et une faible lumière du soleil descendait des trous dans le toit au-dessus. La mousse recouvrait la plupart des surfaces et les grillons gazouillaient dans les coins. Alors qu’il arpentait ces lieux inconnus, une femme entra. Elle était enveloppée dans des couches de mousse blanche et vaporeuse et possédait une sorte de beauté d’un autre monde. Ferael ressentit quelque chose d’aussi étrange et inconnu que l’environnement. Il était enchanté.

Le jeune homme ne s’est jamais rendu compte que ses sentiments n’étaient pas vraiment les siens. L’enchanteresse avait croisé son corps, qui respirait à peine, alors qu’il marchait au milieu des carnages du champ de bataille. Comme la plupart des femmes, elle l’avait traîné dans son repaire, lui jetant un sort pour s’assurer de sa dévotion. Elle sourit, lui offrant un gobelet de vin mielleux en argent et plaçant une main pâle et élégante sur son cœur.

“Que me donnerais-tu ?”

“N’importe quoi”.

“Et combien de temps resterez-vous à mes côtés ?”

“Pour toujours ?

“Oui”.

Avec un sourire chaleureux, elle lui a fait passer la lame crochue sur la gorge et l’a maintenu près de lui pendant que son sang coulait en torrent sur le sol. Elle avait le contrôle. Elle l’avait réveillé une fois, et elle pouvait le faire à nouveau.

L’erreur fatale se trouvait dans son orgueil. Elle savait que ses enchantements étaient forts. Ils auraient dû être capables de transcender les limites de la mort. Il aurait dû être à elle pour l’éternité, restant tel qu’il était à cet instant, mais quand sa vie s’est écoulée, la dévotion tordue a suivi. Alors qu’elle tenait son visage dans ses mains maculées de sang, ses yeux s’animèrent d’une lumière froide. Il prit la lame qu’elle venait de mettre de côté et lui rendit rapidement et sauvagement la pareille. Elle était morte. Il était libre. Sa concentration tenait toujours.

“La marque attend le toucher de la flèche. Elle ne veut rien de plus.”

Laisser un commentaire