MORVUS

Harceleur lointain

Sur mobile, scrollez sur la droite pour voir le tableau en entier.

Type de dégâtsFactionRôlesType d'attaqueRaretéPosition conseilléeArtefact recommandéUnion
Agilité logo - AFK ARENAFaction Porteurs de lumière logo - AFK ARENADebuffer logo - AFK ARENADistance logo - AFK ARENARareté Légendaire logo - AFK ARENAArrière logo - AFK ARENAArtefact - Oeil de Dura - AFK ARENABibliothèque union - AFK ARENA

Que signifie les logos ? Cliquez ici.

Lore

Dans les Territoires nains, les guerriers les plus redoutés sont sans conteste les mousquetaires du roi. Ils sont sous les ordres directs d’Asgan, le souverain des nains. Lui seul peut les commander. Bien entendu, on ne rejoint pas facilement les rangs de ce régiment de légende. Ses membres aguerris ont tous prouvé leur courage à l’issue d’une épreuve ardue et dangereuse. Les aspirants au régiment sont choisis à l’issue de la Chasse naine. Un jeune nain doit s’aventurer seul dans I’immensité glacée qui jouxte les Territoires. Il ne peut emporter que sa dague et un tromblon des plus ordinaires, ainsi qu’un petit sac de munitions. Pour réussir le test, le chasseur doit revenir avant l’aube suivante avec la tête d’une créature qui soit à la hauteur de la férocité et de la réputation du régiment. Évidemment, tout candidat qui se risquerait à revenir avec un lièvre blanc ne serait pas le bienvenu parmi ses potentiels frères d’armes. Les conditions de la Chasse sont intentionnellement difficiles et impitoyables, et il arrive souvent que ceux qui partent seuls dans l’étendue glacée avec leur maigre bagage ne reviennent jamais.

De tous les chasseurs aujourd’hui vivants, Morvus revint avec le trophée le plus impressionnant. Il s’était préparé le mieux possible pour l’épreuve qui l’attendait, puis il s’ était reposé pendant les quelques jours qui la précédaient. Il avait choisi la meilleure poudre noire et soigneusement vérifié les éléments de son arme, qu’il avait aussi graissée et testée à de multiples reprises. Enfin, il se risqua dans l’ étendue glacée, muni de son seul fusil, prêt à tout ce qui pourrait lui arriver. Il savait que, même si le froid extrême pouvait facilement lui prendre les doigts, les orteils, voire la vie, les vrais dangers étaient ailleurs. Les plaines gelées sont le territoire de monstres gloutons, qui ne ratent jamais l’occasion d’un bon repas lorsqu’elle se présente à elles.

Était-ce de la chance ou de la malchance ? La première créature qui se présenta au courageux aspirant était un spécimen d’ours des glaces particulièrement imposant. Ces animaux comptent déjà parmi les plus grands prédateurs du monde, et celui-ci était un véritable géant. La bête de deux tonnes voyait sûrement dans Morvus le casse-croûte qui la rassasierait jusqu’au petit-déjeuner.

Devant la taille de la créature, tout autre que Morvus se serait arrêté net, complètement incrédule. Morvus, lui, se mit rapidement et sans hésiter en posture de tir. Sa silhouette noire et solitaire se découpait parfaitement dans le clair de lune éclairant l’étendue gelée. L’ours hurla, et son cri fit vibrer jusqu’aux os de Morvus. Ses côtes tremblèrent, tandis que son cœur se figeait. Il tira sa première balle. Elle alla se loger dans l’épaule du monstre. Celui-ci se précipita sur le nain en boitant, n’accordant aucune importance au minuscule filet rouge qui coulait le long de son énorme patte. Avec une précision calme et sûre, Morvus recula aussi vite que le lui permettaient ses petites jambes, tout en alternant les séquences de rechargement et de tir. L’ours, qui saignait désormais à plusieurs endroits, atteignit Morvus et lui asséna un coup de patte assez puissant pour tuer un chevalier et sa monture d’un seul coup. Morvus l’évita, se replia et se mit à rouler, tout en chargeant son dernier plomb dans son arme et en la brandissant devant lui. Le monstrueux animal s’apprêtait à lui infliger une morsure mortelle, mais, juste avant que ses mâchoires ne se referment sur l’intrépide et fier petit chasseur, il y eut un éclair, une explosion assourdissante et un flot de sang. La balle était entrée dans l’œil du colosse. Il chuta lourdement, écrasant le sol gelé sous lui, terrifiant jusque dans la mort.

Même allongé, son garrot était encore largement au-dessus de la tête de Morvus. Le nain ne pourrait jamais ramener l’énorme tête seul. Il préféra extraire une dent de l’animal et revenir à la forteresse d’Asgan avant l’aube.
Voyant la taille du croc, les chasseurs estimèrent que la bête était sans doute la plus imposante jamais terrassée lors de la Chasse naine. Bien entendu, cela valut à Morvus son intégration au régiment des mousquetaires. Il allait servir directement sous les ordres du roi pendant la plus grande partie de sa vie, jusqu’à ce que les années le rattrapent et qu’il prenne sa retraite. Après la destruction des terres des nains, Morvus reprit son arquebuse et résolut de conduire les chasseurs survivants auprès de leurs alliés sur la frontière, pour combattre les forces démoniaques qui avaient détruit son foyer.

« J’ai l’âme sombre : je vis pour deux choses, la bière brune et la poudre noire. »

Laisser un commentaire